Partenaires


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Actualités > Concours mondial de l’innovation - Christophe Nicolle (Le2i) sélectionné avec ACTIVe3D

Concours mondial de l’innovation - Christophe Nicolle (Le2i) sélectionné avec ACTIVe3D

par Antoine Trapet - 11 avril 2014

Le Pr Christophe Nicolle, chercheur au laboratoire Le2i à l’uB, participe avec Benoît Vervandier (ACTIVe3D) au concours mondial de l’innovation 2030 lancé par le gouvernement. Lauréat de la première étape, il nous explique en quoi consiste son travail.

Christophe Nicolle et la société ACTIVe3D se sont qualifiés à la première étape du concours dans la catégorie « valorisation des données massives (Big Data) ». Leur projet se nomme U-BIM et porte sur le traitement de données dans le domaine du bâtiment et des environnements bâtis. U-BIM signifie Urban & Building Information Model. Ce sujet, de plus en plus développé, vise à coordonner au sein d’un même environnement les informations et processus hétérogènes liés à l’ensemble des étapes du cycle de vie d’un bâtiment (calcul thermique, conception d’architecture, etc.)

Parlons un peu Big data. Ces données massives représentent des informations tellement volumineuses qu’elles nécessitent la création de nouveaux outils pour les traiter. Les Big datas, ce sont par exemple toutes les données recueillies par Google lorsque l’on envoie un email, fait une recherche, visite des sites web-commerciaux, etc.

La théorie des trois V

Trois critères caractérisent les datamasses, les trois V :

- Volume pour l’abondance qu’elles représentent
- Variété pour leur hétérogénéité
- Vélocité pour la vitesse à laquelle elles sont émises

A ces trois premiers V, les experts ont rapidement ajouté trois nouveaux V pour améliorer la pertinence du choix des données à traiter.

- Véracité, c’est-à-dire l’authenticité des données
- Valeur, les données doivent disposer d’un intérêt
- Visualisation, les données doivent être compréhensibles pour l’humain.

Cette dernière caractéristique pose tout de même un problème technique et scientifique. Le cerveau humain s’écroule facilement sous l’affluence d’informations massives. On parle de surcharge cognitive. U-BIM permettra de développer des outils offrants une combinaison de datas percutantes et intelligibles.

Donner un sens aux Big Datas

L’équipe travaille autour du thème de l’intelligence sémantique. Telle que la définissent les anglophones, l’intelligence sémantique exprime la capacité d’associer des mots pour apporter un sens plus exact. Mais pour définir un sens, il faut cibler un domaine précis.

La société ACTIVe3D et le laboratoire Le2i sont en partenariat sous contrat de recherche. Ensemble, ils proposent une approche symbolique d’analyse des données du patrimoine immobilier et urbain. Cette application permet à l’intégralité des acteurs du bâtiment de partager les connaissances de ce qui a été déployé lors de la construction et même au-delà, jusqu’à la fin de vie de la bâtisse. Ce registre d’information correspond au Volume. Le bâtiment prend en compte un nombre considérable de corps de métier. Tous ces travailleurs sont hétérogènes dans leur approche de la construction. La Valeur engendre un processus de Visualisation. Tous ces métiers ont leur propre vocabulaire, logiciel de traitement et ne communiquent pas forcément les uns avec les autres.

Cette démarche tend à mettre en relation plus étroite les acteurs et le bâtiment ou les édifices entre eux. « Cela consiste à identifier chacun des objets du bâtiment pour leur offrir une vie numérique autonome. ACTIVe3D a donné vie à 20 millions d’objets connectés à ce jour » explique C. Nicolle. Cette notion de connexion est innovante. Dans un bâtiment, des éléments sont mis en place sans que l’on ait accès à cette connaissance. Par exemple, dans un immeuble, nous savons que des extincteurs sont présents mais pas où se situe le plus pertinent dans notre situation (le plus accessible, le plus adapté au type de feu…). L’intérêt de participer à cette compétition aspire à répondre à cette question : quelle est la meilleure position dans un bâtiment pour y trouver une information ?

« Leader de la gestion technique du patrimoine immobilier sur les marchés publics »

Grâce à ces travaux de recherches, la société répond à des appels d’offres importants où des concurrents tels que Thalès, IBM, Google tentent aussi de trouver leur place. C. Nicolle nous révèle qu’ « en France, ACTIVe3D est leader de la gestion technique du patrimoine immobilier sur les marchés publics. En quelques chiffres, 70 millions de m² de bâtiment et 72 millions de données énergétiques sont gérés chaque jour. » Ces informations profitent aux professionnels du bâtiment et aux gestionnaires. L’objectif de ce projet est non seulement d’acquérir plus de marchés mais aussi d’ouvrir cette intelligence à d’autres spécialistes souhaitant développer de nouveaux métiers autour des environnements bâtis. Il existe de nombreux usages et applications possibles.

Un nouveau modèle économique entre en jeu. En informatique, Apple, Google et Windows se sont imposés. D’autres systèmes sont envisageables, tels que celui de l’open data mais les données sont limitées et ne valorisent pas le savoir-faire. L’enjeu se situe également à ce niveau. Permettre à des personnes de développer des outils basés sur des connaissances est un marché porteur. La finalité du concours est d’identifier des leaders au niveau industriel français qui, d’ici une quinzaine d’années, seront de grands concurrents au rang mondial. Le Plan d’Action Régional pour l’Innovation délivré par le Conseil régional de Dijon a par ailleurs contribué à la mise en course du projet U-BIM au travers du financement de la plateforme d’intelligence sémantique de l’équipe Checksem.

- See more at : http://www.u-bourgogne.fr/-Christop… Pr Christophe Nicolle, chercheur au laboratoire Le2i à l’uB, participe avec Benoît Vervandier (ACTIVe3D) au concours mondial de l’innovation 2030 lancé par le gouvernement. Lauréat de la première étape, il nous explique en quoi consiste son travail.

Christophe Nicolle et la société ACTIVe3D se sont qualifiés à la première étape du concours dans la catégorie « valorisation des données massives (Big Data) ». Leur projet se nomme U-BIM et porte sur le traitement de données dans le domaine du bâtiment et des environnements bâtis. U-BIM signifie Urban & Building Information Model. Ce sujet, de plus en plus développé, vise à coordonner au sein d’un même environnement les informations et processus hétérogènes liés à l’ensemble des étapes du cycle de vie d’un bâtiment (calcul thermique, conception d’architecture, etc.)

Parlons un peu Big data. Ces données massives représentent des informations tellement volumineuses qu’elles nécessitent la création de nouveaux outils pour les traiter. Les Big datas, ce sont par exemple toutes les données recueillies par Google lorsque l’on envoie un email, fait une recherche, visite des sites web-commerciaux, etc. La théorie des trois V

Trois critères caractérisent les datamasses, les trois V :

Volume pour l’abondance qu’elles représentent Variété pour leur hétérogénéité Vélocité pour la vitesse à laquelle elles sont émises

A ces trois premiers V, les experts ont rapidement ajouté trois nouveaux V pour améliorer la pertinence du choix des données à traiter.

Véracité, c’est-à-dire l’authenticité des données Valeur, les données doivent disposer d’un intérêt Visualisation, les données doivent être compréhensibles pour l’humain. Cette dernière caractéristique pose tout de même un problème technique et scientifique. Le cerveau humain s’écroule facilement sous l’affluence d’informations massives. On parle de surcharge cognitive. U-BIM permettra de développer des outils offrants une combinaison de datas percutantes et intelligibles.

Donner un sens aux Big Datas

L’équipe travaille autour du thème de l’intelligence sémantique. Telle que la définissent les anglophones, l’intelligence sémantique exprime la capacité d’associer des mots pour apporter un sens plus exact. Mais pour définir un sens, il faut cibler un domaine précis.

La société ACTIVe3D et le laboratoire Le2i sont en partenariat sous contrat de recherche. Ensemble, ils proposent une approche symbolique d’analyse des données du patrimoine immobilier et urbain. Cette application permet à l’intégralité des acteurs du bâtiment de partager les connaissances de ce qui a été déployé lors de la construction et même au-delà, jusqu’à la fin de vie de la bâtisse. Ce registre d’information correspond au Volume. Le bâtiment prend en compte un nombre considérable de corps de métier. Tous ces travailleurs sont hétérogènes dans leur approche de la construction. La Valeur engendre un processus de Visualisation. Tous ces métiers ont leur propre vocabulaire, logiciel de traitement et ne communiquent pas forcément les uns avec les autres.

Cette démarche tend à mettre en relation plus étroite les acteurs et le bâtiment ou les édifices entre eux. « Cela consiste à identifier chacun des objets du bâtiment pour leur offrir une vie numérique autonome. ACTIVe3D a donné vie à 20 millions d’objets connectés à ce jour » explique C. Nicolle. Cette notion de connexion est innovante. Dans un bâtiment, des éléments sont mis en place sans que l’on ait accès à cette connaissance. Par exemple, dans un immeuble, nous savons que des extincteurs sont présents mais pas où se situe le plus pertinent dans notre situation (le plus accessible, le plus adapté au type de feu…). L’intérêt de participer à cette compétition aspire à répondre à cette question : quelle est la meilleure position dans un bâtiment pour y trouver une information ? « Leader de la gestion technique du patrimoine immobilier sur les marchés publics »

Grâce à ces travaux de recherches, la société répond à des appels d’offres importants où des concurrents tels que Thalès, IBM, Google tentent aussi de trouver leur place. C. Nicolle nous révèle qu’ « en France, ACTIVe3D est leader de la gestion technique du patrimoine immobilier sur les marchés publics. En quelques chiffres, 70 millions de m² de bâtiment et 72 millions de données énergétiques sont gérés chaque jour. » Ces informations profitent aux professionnels du bâtiment et aux gestionnaires. L’objectif de ce projet est non seulement d’acquérir plus de marchés mais aussi d’ouvrir cette intelligence à d’autres spécialistes souhaitant développer de nouveaux métiers autour des environnements bâtis. Il existe de nombreux usages et applications possibles.

Un nouveau modèle économique entre en jeu. En informatique, Apple, Google et Windows se sont imposés. D’autres systèmes sont envisageables, tels que celui de l’open data mais les données sont limitées et ne valorisent pas le savoir-faire. L’enjeu se situe également à ce niveau. Permettre à des personnes de développer des outils basés sur des connaissances est un marché porteur. La finalité du concours est d’identifier des leaders au niveau industriel français qui, d’ici une quinzaine d’années, seront de grands concurrents au rang mondial. Le Plan d’Action Régional pour l’Innovation délivré par le Conseil régional de Dijon a par ailleurs contribué à la mise en course du projet U-BIM au travers du financement de la plateforme d’intelligence sémantique de l’équipe Checksem.

- Concours Mondial de l’Innovation 2030
- ACTIVe3D


LE2I - Laboratoire Electronique, Informatique et Image | webmestre : Antoine Trapet | info légales | logo SPIP 2