Partenaires


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Structuration Scientifique > Electronique > Architecture des Systèmes Electroniques de vision > 3MIM

3MIM

Notre équipe a l’opportunité d’être responsable du sous projet P8 « Détecteurs à état solide dédiés à l’imagerie radio-isotopique » du projet « Marquage de Molécules par les Métaux pour l’Imagerie Médicale » (3MIM) » de PharmImage. Ce projet déposé autour du marquage par des traceurs radioactifs et des applications en imagerie médicale (IRM, RMN, ..) est soutenu par l’Université de Bourgogne, la région Bourgogne et le CNRS.

La plupart des imageurs radio-isotopiques utilisent des technologies à base de tubes photo-multiplicateurs. Notre approche, basée sur l’utilisation de photo-détecteurs à état solide, apporte des avantages majeurs. En effet, cette technologie, du fait de sa compacité (quelques mm3 au lieu d’une dizaine de cm3 pour les tubes photomultiplicateurs), permet d’envisager une architecture novatrice assurant une résolution spatiale millimétrique uniforme sur le champ. Les appareils actuels présentent des résolutions spatiales de l’ordre de 5 mm, résolution qui se dégrade au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre du champ de détection.

L’autre avantage important de la technologie basée sur les photo-détecteurs à état solide est l’insensibilité aux champs magnétiques, ce qui n’est pas le cas des technologies actuelles à base de tubes photomultiplicateurs (très sensibles aux champs magnétiques). En effet les photodétecteurs état solide utilisés sont stables lorsqu’on leur applique des champs magnétiques allant jusqu’à 4 Tesla. Cela nous permet d’envisager un couplage entre un appareil TEP et un IRM, la TEP et l’IRM étant les deux modalités clés pour l’imagerie cérébrale.

Chercheurs et enseignants-chercheurs permanents :


LE2I - Laboratoire Electronique, Informatique et Image | webmestre : Antoine Trapet | info légales | logo SPIP 2